Véloxygène

La Cour Administrative d’Appel de Douai demande à Amiens Métropole de tenir compte des cyclistes dans ses aménagements

Publicités

Deux arrêts favorables à Véloxygène

Dans deux arrêts, publiés ce mercredi 17 mars, la Cour administrative d’appel de Douai a donné raison à Véloxygène : les travaux réalisés rue Saint-Fuscien et chaussée Jules Ferry ne respectaient pas la loi.

La Cour enjoint à la communauté d’agglomération d’Amiens Métropole, dans un délai de quatre mois à compter de la notification de son jugement :

La métropole est aussi condamnée à payer  3 000 € à Véloxygène.

Véloxygène se félicite de cette décision de justice ; nous aurions évidemment préféré, par économie de temps, d’énergie et d’argent public, que ces revendications soient entendues en amont des travaux réalisés.

Pastiche

Rattraper le retard pris, donner sa chance à la solution vélo par des aménagements qualitatifs réalisés dans la concertation avec les cyclistes et leurs représentants.

 Gageons que cette décision permette d’ouvrir un nouveau cycle pour le vélo :

–   Sur les itinéraires concernés par ces décisions, Véloxygène se tient à la disposition de la Métropole pour étudier les solutions possibles, envisager les modifications aux travaux réalisés et les moyens pour les mettre en conformité avec les exigences légales.

–   Plus globalement, nous faisons le souhait d’aménagements cyclables évidemment conformes à la législation en vigueur, mais aussi en adéquation avec la nécessaire ambition de faire du vélo une solution de déplacement massif à l’échelle de l’agglomération. Pour une métropole 100% cyclable, nous appelons notamment, en écho à notre programme vélo, à la réalisation d’un réseau de pistes cyclables continues et sécurisées sur les grands axes, et ailleurs, à l’apaisement généralisé des vitesses et trafics motorisés.

Nous savons que ces principes de base sont très largement partagés avec les équipes métropolitaines, décideurs et services techniques.

Nous redisons donc notre confiance en l’avenir du vélo dans notre métropole régionale.

République : l’association est déboutée sur la forme

Véloxygène avait aussi porté près la Cour administrative d’appel le “désaménagement” cyclable de la rue de la République. 

La Cour a jugé que notre demande n’était pas recevable et nous condamne à payer 1 500 € à la ville d’Amiens. 

Véloxygène respecte la décision de justice, mais regrette que la réalité du terrain – à savoir la difficulté à circuler à vélo rue de la République -, n’ait pas reçu un écho et une compréhension de la part de nos dispositifs administratifs, que ce soit la ville d’Amiens ou l’appareil judiciaire.

En France, depuis 13 ans, les rues à 30 km/h permettent le passage des cyclistes à double-sens . Aujourd’hui, rue de la République, les cyclistes peuvent donc emprunter cette voie dans les deux sens, mais ne le font pas, car la suppression du marquage vélo a rendu la circulation ambiguë pour tous les usagers. 

Cet  état de fait, indépendamment de la décision de justice, devrait inciter la ville à revoir son aménagement, a minima en rétablissant les marquages au sol et la signalisation verticale adéquate et réglementaire. Nous avions par ailleurs proposé des solutions d’aménagements encore plus sécurisantes pour les piétons et les cyclistes sur cet axe.

L’association organisera une vélorution mani-festive dans les semaines qui viennent, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, et appelle tous les habitants de la métropole qui souhaitent des aménagements adaptés aux mobilités actives à la rejoindre.

Appel aux adhésions 

L’adhésion à Véloxygène permet de soutenir les actions de l’association en faveur de la pratique de la bicyclette, en tant que solution facile, économique, écologique et efficace pour nos déplacements quotidiens.

Chaque adhérent est une force pour l’association et ses actions.

Pour adhérer, c’est ici

Publicités

Publicités