Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

BRACs coronapistes du sud d’Amiens

Mardi 26 mai, nous avons programmé une balade de reconnaissance des aménagements cyclables (BRAC) dédiée aux coronapistes du sud de la ville. Malheureusement, la piste de transition route de Paris avait été supprimée deux jours plus tôt, tandis que celle annoncée route Saint-Honoré n’a jamais vu le jour… Retour sur un moment d’analyse cyclable collective de la situation.

Le programme vélo de Véloxygène

Nous défendons la réalisation de pistes cyclables continues et sécurisées sur les axes structurants de la métropole. La sécurité à vélo est le premier frein à la pratique du vélo au quotidien et la réalisation d’un réseau de pistes cyclables qualitatives est une condition nécessaire à sa résolution.

Au vu du trafic automobile subi, de la liaison directe représentée entre le centre et le sud de la ville, nous avons notamment identifié la route de Paris (tout comme la rue Saint Fuscien ou l’avenue Foy) comme un axe structurant à aménager avec une piste cyclable.

Un zoom sur une partie du réseau de pistes cyclables imaginé dans notre programme vélo

Ailleurs, les itinéraires peuvent être rendus cyclables par l’aménagement de pistes cyclables ou la diminution du trafic automobile. En intérieur de quartiers (avec l’exemple de la rue du Moulin sur lequel nous reviendrons), la cyclabilité est assurée par la baisse des vitesses et la suppression du trafic de transit, sans aménagement lourd donc mais par d’éventuelles modifications du plan de circulation.

Les coronapistes – ou pistes de transition

Pour encourager la pratique du vélo comme solution de mobilité particulièrement adaptée au déconfinement, Amiens Métropole avait annoncé la réalisation de pistes temporaires, souvent appelées coronapistes, et que nous préférons voir comme des pistes de transition accélérée, d’expérimentation, vers des aménagements pérennes et structurant à l’image de ceux que nous proposons dans notre programme vélo. Nous avions salué cette décision.

Ainsi la route de Paris accueillait une piste cyclable bidirectionnelle sur son bord est, le trafic automobile devant être dédoublé avec un sens montant route de Paris et un autre descendant route Saint-Honoré. L’aménagement était pertinent et confortable pour les cyclistes, et déjà emprunté, malgré des discontinuités flagrantes et dangereuses dans le bas de la route de Paris jusqu’aux boulevards intérieurs et au sud au croisement des boulevards extérieurs jusqu’à retrouver les pistes cyclables existantes 100 mètres plus loin avenue du 14 juillet. Nous remarquons aussi durant la BRAC l’absence d’arceaux de stationnement à proximité des commerces, alors même qu’un d’entre eux est dédié aux vélos !

Sans volonté politique des élus de défendre ou d’expliquer ce projet, Amiens Métropole aura au final torpillé l’expérimentation sans lui laisser ni le temps ni les conditions pour réussir.

Comment imaginer circuler avec des enfants à vélos au milieu du vacarme automobile du bas de la route de Paris ??

Des pistes de solutions

Le maintien d’un sens automobile descendant route de Paris et montant rue Saint-Honoré aurait facilité la réalisation d’une piste cyclable continue reliant route de Paris les boulevards intérieurs et extérieurs. Le passage à un seul sens automobile représente aussi une nouvelle manière d’aménager ces rues étroites et très passantes des faubourgs, peu plaisante pour les riverains.

Il y avait aussi lieu d’éviter un report du trafic dévié dans les “petites rues” en intérieurs de quartier. Les riverains de la rue du Moulin se sont ainsi légitimement plaint d’un trafic de raccourci empruntant nouvellement leur rue pour rejoindre au plus vite la rue Saint-Honoré, amenant vitesse, nuisances sonore et sécuritaire accrues. Nous avions rapidement écrit à la ville pour proposer une proposition de plan de circulation alternatif évitant ces écueils, sans recevoir de réponse.

Modification du plan de circulation proposée autour de la rue du Moulin pour éviter le trafic de transit ou de “raccourci”.

L’alternative du chaucidou ? Un palliatif qui sur ce genre d’axes ne contente personne

La BRAC prend ensuite la direction de la rue Delpech, pour découvrir l’aménagement de transition réalisé. La chaussidou nous semble ici non adaptée à une voie à la circulation automobile importante (7000 véhicules/jours dans des comptages datant de 2014), fréquemment interrompue par des feux, avec du stationnement latéral des deux côtés et un dénivelé assez important.

La cohabitation avec une chaucidou avec une ligne de bus à haut niveau de service interroge également. Là encore, dans la lignée de notre programme vélo, nous plaidons pour une solution à base d’aménagement structurant (en reprenant de la place à la voiture, au niveau d’une bande de stationnement par exemple), de réduction du trafic automobile, ou d’une solution combinant ces deux leviers.


Poster un commentaire

Communiqué de presse – Aménagements cyclables temporaires : l’abandon des ambitions sur le vélo ?

Communiqué du 24 mai 2020

Aménagements cyclables temporaires : l’abandon des ambitions sur le vélo ?

Alors qu’à Amiens, les aménagements temporaires n’ont même pas deux semaines d’existence, que certains annoncés n’ont jamais été mis en place, qu’aucun bilan ou solution alternative n’aura été étudiée avec les usagers du vélo, Amiens Métropole annonce la suppression à venir de plusieurs “coronapistes”.

Pourquoi renoncer si vite à sécuriser les itinéraires des cyclistes des quartiers Gare-la-vallée et des faubourgs Sud ? Pourquoi préférer rallonger le trajet des cyclistes, les envoyer se perdre dans les petites rues – pas forcément plus cyclables ?

Ainsi, « conseiller » la rue Sully aux cyclistes est une incompréhension de la réalité du déplacement cycliste, comme si celui-ci devait nécessairement se réduire à du loisir. Le débat “Parlons-vélo” du 4 mars, avant le 1er tour des municipales avait pourtant permis de rappeler les besoins réels des cyclistes, acteurs économiques au même titre que les autres usagers de la rue.

Véloxygène dénonce un revirement qui sonne comme un abandon de toute ambition sur le vélo, à l’heure où la France entière semble enfin considérer la bicyclette comme une solution de mobilité spécialement adaptée aux enjeux sanitaires du déconfinement. Davantage que des aménagements temporaires, nous appelons à des aménagements de transition, concertés, évolutifs, dans une démarche d’amélioration continue, premières étapes d’aménagements pérennes qui rendront la ville cyclable pour toutes et tous.

Véloxygène


Poster un commentaire

Le retour des BRACs, spéciales coronapistes


Poster un commentaire

Lettre ouverte aux acteurs des déplacements et de la gestion de la crise du Covid-19 du territoire du Grand amiénois

Amiens, le 1 mai 2020

Madame, Monsieur,

Le déconfinement annoncé par notre gouvernement pour ce 11 mai peut être l’occasion d’une augmentation significative de la part modale du vélo dans les déplacements urbains.

Nous pouvons en effet escompter un report modal des usagers des transports en communs vers le vélo, soit par obligation règlementaire de ne pas saturer nos bus, soit par crainte des usagers de se confiner à l’intérieur d’un habitacle.

La Région Ile-de-France et de nombreuses collectivités françaises (notamment Lille ou Arras près de chez nous) s’en sont faites l’écho et mettent en place des dispositions accélérées afin d’accompagner et de soutenir cette nouvelle configuration du déplacement urbain, dont le caractère pourra être pérennisé.

Le vélo constituera donc un des gestes barrières nécessaires à la réussite de ce déconfinement, pour éviter notamment un recours accru à la voiture individuelle. Dans ce contexte, Véloxygène, conscient des délais courts pour des mesures devant être opérationnelles le 11 mai, propose quelques pistes d’actions, et se tient disponible pour y concourir au mieux.

  1. Report modal massif vers le vélo veut dire aussi nombre de cyclistes “novices”. Véloxygène souhaiterait la mise en conformité de la signalisation, complétée des marquages au sol adéquats, afin d’éviter toute ambiguïté dans l’emprunt des double-sens cyclables, dans le partage (ou non) des voies de bus.
  2. Des pistes cyclables temporaires (par la pose de plots de chantier par exemple) peuvent être mises en place là où elles font actuellement défaut, ou en substitution de voies vertes partagées avec piétons ou coupant les arrêts de bus, afin d’éviter les zones de rencontre denses vélo-piétons. Sur les axes présentant deux voies automobiles dans chaque sens et dépourvus de contre-allées il est ainsi possible d’en dédier une aux cyclistes. Sur des axes moins larges il est possible de passer à une circulation en sens unique, de rétrécir la largeur de la chaussée ou de neutraliser une bande stationnement. Nous détaillons quelques premières propositions pour le territoire amiénois en annexe de ce courrier, qui s’appuient notamment sur les expertises récentes du CEREMA.
  3. Le dispositif de cédez-le-passage cycliste aux feux pourra être mis en place pour éviter toute accumulation des cyclistes (et de leurs microbes ! ) au niveau des feux et améliorer la fluidité globale de la circulation.
  4. Renforcer l’offre de stationnement vélo à proximité des pôles générateurs de déplacements, notamment des administrations, commerces, établissements scolaires et de santé.
  5. Protéger piétons et cyclistes par une limitation générale de la vitesse des véhicules en dehors des axes structurants, renforcée par des mesures temporaires permettant de limiter le trafic de transit dans les quartiers de la commune.
  6. Enfin, l’association Véloxygène se met à disposition pour animer des ateliers de “remise en selle” pour toutes collectivités ou personnes intéressées (séances de 2 à 3 heures avec parties pratique et théorique sur l’usage du vélo en ville, qui seront limités à 8 participants).

Ce moment et ces mesures peuvent être l’occasion d’accélérer la transition vers la ville 100% cyclable que nous appelons de nos vœux et que nous avons esquissée dans notre Programme vélo. Conçue et rédigée avec les usagers quotidiens de la bicyclette dans Amiens métropole, et amplement débattue pendant la campagne de premier tour des élections municipales 2020, elle pourrait désormais constituer la base d’un programme d’aménagements cyclables.

Véloxygène espère que chacun des acteurs des déplacements et de la gestion de la crise du Covid-19 du territoire du Grand amiénois prendra à cœur de mettre en œuvre et soutenir ces propositions à la hauteur de ses capacités d’action respectives.

Xavier Brabander
Président de Véloxygène


Association pour la promotion de l’usage de la bicyclette comme moyen de déplacement et de l’intermodalité sur Amiens-Métropole et le Pays du Grand Amiénois – Membre de la Fédération des Usagers de la Bicyclette FUB

veloxygene-amiens.com @VeloAmiens facebook.com/VeloxygeneAmiens

Annexe – propositions opérationnelles non exhaustives

Boulevards dépourvus de contre-allées où une ou 2 voies de circulation peuvent être neutralisées pour réaliser des aménagements cyclables tactiques :

  • Avenue Salvador Allende ;
  • Boulevard Beauvillé, sens nord-sud, entre le pont au dessus de la rue Eloi Morel et le pont sur la Somme et les boulevards intérieurs, entre la gare Saint-Roch et le boulevard Alsace-Lorraine, pour éviter une trop forte densité vélo-piétons sur la voie verte/les trottoirs ;
  • Avenue du 14 juillet, sur sa portion nord, pour assurer la continuité des pistes cyclables existantes ;
  • portion sud de l’Avenue de l’Europe.

Axes coupures du réseau actuel sur lesquels il est possible de passer à une circulation en sens unique, de rétrécir la largeur de la chaussée ou de neutraliser une bande de stationnement au profit de pistes ou bandes cyclables temporaires :

  • rue de la République ;
  • axe Vogel – Branly ;
  • ouest de la rue Alexandre Dumas, pour assurer une desserte facilitée du pôle des cliniques ;
  • ensemble des principaux axes nord-sud de la rue Saint-Fuscien à la rue Saint-Honoré, pour assurer la continuité cyclable entre les boulevards extérieurs et les boulevards intérieurs ;
  • sud de la route de Rouen, entre les boulevards extérieurs et le rond-point d’accès au CHU ;
  • chaussée Jules Ferry.

Assurer la possibilité aux habitants des communes membres de l’agglomération de se rendre dans Amiens à vélo de façon sécurisée, nous proposons là aussi la création, en partenariat avec les collectivités concernées, de pistes cyclables provisoires :

  • liaison Amiens – Poulainville
  • liaisons Amiens – Saint-Fuscien et Amiens – Dreuil : possibilité d’élargir les bandes cyclables existantes ou d’en matérialiser de nouvelles là où elles n’existent pas.
  • Amiens – Dury : neutralisation, comme en centre-ville, d’une voie véhicule à partir de la Vallée des vignes afin de la dédier aux vélos.

Travailler à une solution de court terme assurant une meilleure continuité et sécurisation des cyclistes au niveau des ponts, en particulier ceux entre Amiens et Longueau, le pont Cagnard ou au-dessus de la rocade à Dury.

Aménagements complémentaires conjuguant intérêt sanitaire et incitation à la mobilité active :

  • généralisation des cédez-le-passage cycliste aux feux, pour une meilleure fluidité et sûreté des itinéraires cyclistes et éviter un agglomérat de cyclistes (et de leurs microbes !) au niveau des feux. Véloxygène pourra (re)communiquer autant que de besoin une liste des premières implantations notamment recensées par l’observatoire de la cyclabilité ou l’application Vigilo.
  • sécurisation des itinéraires dans les contre-allées existantes : suppression du trafic de transit accueilli (par inversion du sens de circulation comme sur certains boulevards intérieurs par exemple) et officialisation qualitative du double-sens cyclable
  • finalisation de la voie verte / piste cyclable de la rue du professeur Cabrol desservant le CHU
  • limitation du trafic de transit dans les quartiers par la fermeture de certaines rues au niveau d’intersection au moyen de plots en béton ou de bacs à fleurs. Les piétons et les cyclistes y seront prioritaires, la desserte locale restant possible pour les véhicules motorisés


Poster un commentaire

Groupement d’achat de vélos 2020

2ème édition

Comme l’an dernier, Véloxygène organise un groupement d’achat de Vélo, classiques ou à assistance électrique (VAE).
Le but est évidemment d’obtenir le meilleur prix sans faire de concession sur la qualité.
Le vélociste avec lequel nous allons organiser cette seconde édition est Vélo et Oxygen, route de Paris à Amiens.
Si vous êtes intéressé, manifestez-vous dès maintenant auprès de l’association en vous écrivant un commentaire ou directement à l’adresse suivante : contact@veloxygene-amiens.com

La fin de l’opération

est reportée au dimanche 24 mai afin que chacun puisse échanger avec le vélociste avant de s’engager.

Pour commander, deux conditions :

  1. être adhérent de l’association pour l’année en cours : bit.ly/veloxygene-2020
  2. s’engager à régler le vélociste !

Pour rappel ou information, voici les marques distribuées par Vélo et Oxygen :

Photo d’heureux bénéficiaires du groupement d’achat en 2019. Une commande de 16 vélos avait été passée auprès de Vélostation.