Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

En route pour la Véloroute Vallée de Somme

En regardant les phoques de la Baie de Somme

Sur la route blanche en regardant les phoques de la Baie de Somme

C’est la fin du mois d’août, pas encore la rentrée, mais cela ne saurait tarder. Il fait encore beau et chaud. Et si vous veniez avec nous à la mer à vélo ? 
La balade durera trois jours, mais vous venez quand vous voulez. 

Pour la première journée, le vendredi 30 août, le rendez-vous est à la gare d’Albert.

Le départ sonnera à 9h30. 
Cette année, pas de grosse côte à grimper, nous emprunterons la Véloroute de la Mémoire (V32) qui descend en pente douce d’Albert à Corbie en flânant parmi les cimetières australiens, britanniques ou néo-zélandais. 
À l’écluse de Corbie, nous rejoindrons la Véloroute de la Somme (V30) et la suivrons jusqu’à Amiens. 
Un trajet de 45 km au total, idéal pour se mettre en jambe. 

Le samedi 31, la balade partira de la gare d’Amiens à 9h30.

En quelques minutes, nous rejoindrons la Somme et emprunterons le chemin de halage tout neuf qui traverse la capitale picarde. 
L’itinéraire suivra le fleuve en empruntant le chemin de halage, allant de maisons éclusières en sites touristiques, comme Samara, parc naturel et préhistorique situé dans le camp de César, ou Long et son château. Il permettra de découvrir le réseau points nœuds « Somme à vélo », pour lequel le département a été lauréat de l’appel à projets « Vélo et Territoires » de l’Ademe. 

Le parcours, d’une longueur de 55 km environ, est à retrouver ici https://www.openrunner.com/r/10177305
À la suite, certains rentreront chez eux en train, d’autres camperont ou prendront un logement chez l’habitant. 

Le troisième jour, nous partirons de la gare d’Abbeville

À 9h45 et nous entamerons la longue ligne droite du canal de la Somme qui mène à Saint Valery. 
Très vite, nous quitterons ce chemin de halage pour emprunter de petites routes au travers champs et forêts. Elles nous mèneront à Cayeux, sa plage de galets et ses planches, où nous rattraperons l’Eurovélo 4, dite aussi la «󠆏 Vélo maritime », sur la route blanche, qui nous mènera jusqu’au Hourdel et son phare. Très probablement, nous profiterons d’une halte pour regarder les phoques de la Baie de Somme. Au bout de 55 km, nous arriverons à Saint-Valéry où chacun pourra rejoindre la gare de son choix par les nombreuses pistes cyclables qui jalonnent la Baie de Somme : Rue, Noyelles-sur-Mer ou Abbeville

Retrouvez le détail du trajet du troisième jour ici : https://www.openrunner.com/r/8642474

Inscription gratuite mais obligatoire

   Formulaire d’inscription  en ligne :  http://bit.ly/veloroute2019

Souvenirs

C’est la troisième édition de la balade de la Véloroute de la Somme. Retrouvez ici quelques photos de l’édition 2018

Publicités


Poster un commentaire

Le cahier de doléances des cyclistes

imageFace aux trop nombreux désagréments rencontrés par les cyclistes lors de leurs trajets dans Amiens métropole et face à un manque criant d’écoute de la part de la municipalité, Véloxygène a décidé d’ouvrir un cahier de doléances.

Nous déplorons grandement l’oubli des cyclistes lors des travaux du BHNS, alors qu’il s’agissait là d’une occasion en or pour transformer la ville et l’adapter au vélo !

Vos remarques viendront s’ajouter à toutes celles que nous formulons au long de l’année et constitueront une base solide de travail dans l’optique de la rédaction du Plan Vélo que l’association est en train de préparer et qu’elle soumettra aux futures listes candidates aux élections municipales de 2020.

Citoyens et cyclistes, exprimez-vous :


Poster un commentaire

Warm-shower, ça vous dit quelque chose ?

Nous sommes, mon mari et moi, des cyclistes depuis longtemps. Voilà plusieurs années que nous ne nous déplaçons plus qu’à Vélo à Amiens. À cela rien d’extraordinaire ! Mais nous sommes devenus cyclo-randonneurs depuis 3 ans. Cyclo-randonneurs « modestes » ! Pas de longues distances (60 km maxi par jour pour laisser le temps aux découvertes et aux rencontres !). Et nous partons sur une durée courte (8 à 10 jours, pour l’instant).

Mais nous partons avec la tente, les duvets, le camping gaz et les gamelles ! Bien chargés !

Pour l’instant, nous avons randonné sur « la Francette », dans la région de Strasbourg, sur la Meuse et plusieurs fois en Allemagne. Notre dernière virée a démarré au Nord de Berlin et nous a emmené jusque Rostock pour découvrir la région des lacs. Nous y avons rencontré des cyclo-randonneurs de tous âges mais aussi des jeunes couples avec des enfants et même des bébés (la “charrette” est alors nécessaire !)

Quel plaisir de partir, de découvrir des paysages, des villages, de vérifier si un camping est sur notre route et de décider de s’y arrêter ou de « pousser » plus loin ! Quelques mauvaises surprises parfois : camping fermé ou n’acceptant que les camping-car (si, si, ça existe !) mais le plus souvent une petite place pour notre mini tente !

Au retour, notre fils nous a parlé de warm-shower, un site qui permet d’accueillir des randonneurs ou de trouver un hébergement lors de randonnée, et nous nous sommes inscrits !

Nous avons accueilli notre premier hôte début septembre : Nestor le Brésilien ! Arrivé chez nous après une longue étape (depuis Aire sur la Lys), Nestor nous a raconté son périple (ouf, il parlait assez bien français) et son histoire. Parti de Dunkerque, Nestor suivait la méridienne et roulait à destination de Barcelone. C’est un habitué des grands voyages, qui fait des conférences à son retour au Brésil et qui a déjà écrit des livres sur ses voyages. À 21 h, Nestor nous a dit qu’il devait répondre aux mails de tous ceux qui suivaient son voyage via son blog et raconter sa journée. Il faut dire que Nestor voyage « équipé » avec tout son matériel informatique : ordinateur, go pro, téléphone, alarme… Il a pris le temps de visiter Amiens le lendemain et après un autre repas partagé, il a repris la route. Il a mis environ un mois pour traverser la France et la visiter. C’était une belle rencontre !

warm shower ca vous dit quelque chose ?

warm shower ca vous dit quelque chose ?

(si vous voulez voir ses voyages : http://www.giraventura.com)

Et maintenant, nous avons hâte d’accueillir quelqu’un d’autre (mais à Amiens il y a du monde qui accueille – et tant mieux !) et de repartir ! et pourquoi pas aller dormir chez des cyclo-randonneurs ? via le site  fr.warmshowers.org/


Poster un commentaire

Avenue de la commune de Paris : un (mauvais) aménagement cyclable, et après ?

Les travaux de l’avenue de la commune de Paris, axe structurant à l’échelle du quartier mais aussi d’importance métropolitaine (liaison nord-sud de l’ouest d’Amiens), sont sur le point de s’achever. C’est malheureusement un rendez-vous manqué pour le vélo, avec des aménagements prévus qui n’aideront pas à développer significativement la part de déplacements effectués à bicyclette.

Les vélos seront incités à circuler dans les couloirs de bus, malgré leur largeur qui ne permettra pas les dépassements. Les choix d’aménagement de la métropole privilégient en effet la création de 36 places de stationnement de par et d’autre de la chaussée. L’espace public ainsi dédié au stationnement est comme privatisé aux profits des seuls utilisateurs d’automobile, à rebours de toute ambition de mobilité durable.

Pourtant, pour un budget similaire, une attention forte aurait pu être donnée aux mobilités actives et collectives avec :

  • une largeur des trottoirs conservée voire augmentée ;
  • la création d’une large piste cyclable bidirectionnelle séparée ,
  • des couloirs de bus en sites propres ;
  • le maintien d’une circulation automobile en 2 fois 1 voie ;
  • la matérialisation d’une seule banquette de stationnement pour un total d’une vingtaine de places ;
  • une priorité donnée aux modes actifs puis aux transports en commun dans la proximité aux commerces à l’ouest de la chaussée.

Nous défendons ces choix, car la marche, le vélo, les transports en commun se doivent d’être priorisés pour mener une politique de mobilité qui concilie efficacité, bonne gestion des finances publiques, qualité de vie environnementale et respect de nos engagements climatiques.

Pour ce qui concerne les choix effectués en faveur du vélo, ils répondent aux demandes de pistes cyclables séparées du trafic motorisées exprimées par les cyclistes d’aujourd’hui et non cyclistes qui pourraient être aussi ceux de demain dans l’enquête récente menée par la FUB. Une généralisation de ces aménagements sur les axes structurants de notre agglomération est nécessaire à la croissance significative de la part modale du vélo, et pour le vélo comme pour d’autres modes c’est bien la réalisation de l’infrastructure de qualité qui précède son utilisation.

L’objectif affiché par le Président d’Amiens Métropole de 200 kilomètres d’aménagements cyclables en 2020 sonnera creux si la qualité et la continuité des itinéraires cyclables ne sont pas au rendez-vous. Il est encore temps d’écouter les usagers et leurs représentants !

Annexe :

Les spécificités de la chaussée :

– Largeur minimale de la section en question d’après les plans d’Amiens Métropole de 22,6 m

– Largeur maximale (au niveau des arrêts de bus) de 24,5 m

– Un axe structurant à l’échelle du quartier mais aussi d’importance métropolitaine (liaison nord-sud de l’ouest d’Amiens)

Les choix d’Amiens Métropole :
– Création de 36 places de stationnement automobile
– Création de couloirs de bus qui accueilleront également la circulation des vélos malgré une largeur qui ne permettra pas les dépassements
– Trottoirs de 2 m de large et aménagement paysager.


Poster un commentaire

L’IKV, qu’est-ce que c’est ?

A Amiens, les salariés de Decathlon, Orange, la DREAL et Amiens Métropole peuvent ou pourront bientôt bénéficier de l’Indemnité Kilométrique Vélo, IKV.

Mais qu’est-ce que l’IKV ?

Depuis le 12 février 2016, un décret permet aux employeurs de verser une IKV à leurs salariés venant au travail à vélo. D’abord réservé aux employeurs privés, le dispositif s’applique dorénavant aussi au secteur public.

Selon le député Mathieu Orphelin (LREM), auteur d’une étude, qui évalue les coûts et bénéfices de l’indemnité kilométrique vélo (IKV), le potentiel de cette mesure est énorme :

  • plus de 70 % des déplacements domicile-travail de moins de 5 km sont faits en voiture.
  • là où elle a été mise en place, la pratique du vélo double en un an.
  • les bénéfices sur la santé des salariés sont nombreux et entraine, notamment, la réduction des absences (-15% arrêts maladie pour un salarié cycliste).

Vous êtes salarié

Si votre entreprise a mis en place l’IKV, vous pouvez vous faire rembourser par votre employeur une participation à vos trajets domicile-travail (aller ET retour).

Comment :

L’indemnité kilométrique vélo (IKV) pour les salariés qui pédalent entre leur domicile et leur lieu de travail est fixée à 0,25 € par kilomètre parcouru.

La prise en charge des frais engagés pour se déplacer à vélo ou à vélo à assistance électrique correspond au montant de l’IKV multiplié par la distance aller-retour la plus courte pouvant être parcourue à vélo entre le lieu de résidence habituelle du salarié et son lieu de travail ainsi que par le nombre de jours de travail annuel.

Pour le salarié, l’indemnité kilométrique est exonérée d’impôt sur le revenu, comme c’est déjà le cas pour la contribution de l’employeur aux frais de transport en commun des salariés ou d’abonnement à des services publics de location de vélos. Toutefois, cette exonération est limitée pour l’IKV à 200 € par an. Au-delà, elle est soumise à cotisation et à l’impôt.

Calculez le montant de votre IKV

Le site www.indemnitevelo.fr/ permet de calculer le montant de l’IKV en remplissant les adresses de votre domicile et de votre travail.

L’ADAV a aussi créé son calculateur d’IKV

En savoir plus

sur le site de Service-Public

Vous êtes chef d’entreprise et vous souhaitez vous renseigner sur l’IKV ?

Le Club des villes et territoires cyclables et l’ADEME ont lancé un Observatoire de l’IKV.

Il a pour but de faire connaître le dispositif et d’aider les entreprises à le mettre en place, de valoriser celles qui s’y engagent et d’établir un suivi de sa mise en œuvre. Vous y trouverez

  • une foire aux questions et une adresse de contact ;
  • Un argumentaire présentant les avantages de la pratique du vélo pour l’entreprise ;
  • Un formulaire en ligne pour se renseigner avant de s’engager dans la démarche ;
  • La liste des organisations ayant mis en place l’IKV.
  • Une Infographie Mode d’emploi IKV (pdf 1,62 Mo).

Vous bénéficiez de l’IKV ?

Racontez-nous comment ça se passe dans votre entreprise en commentaire !