Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Plan national vélo : opération Cartes postales en nombre !

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, s’est engagée à lancer un plan vélo sincère, structuré et financé dans la prochaine Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM).

Pour que cette promesse se concrétise, il est nécessaire que le Premier ministre valide la dimension budgétaire de ce plan vélo. Nous avons donc besoin de votre soutien ! ​

Soutenez-nous en 2 minutes chrono :

Découvrez nos 3 propositions​​​ :

  • Créer un fonds national vélo
  • Rendre l’indemnité kilométrique vélo plus incitative (IKV)​
  • Encourager l’achat du vélo à assistance électrique (VAE)

Nos derniers articles sur le Baromètre des villes cyclables

Publicités


Poster un commentaire

Amiens, les résultats détaillés du Baromètre des villes cyclables

Véloxygène remercie les 869 personnes, cyclistes ou non, dont la réponse a été retenue sur les 871 ayant participé au Baromètre des villes cyclables sur le site Parlons-Vélo.fr (une réponse n’a pas été retenue lorsqu‘une même personne a répondu plusieurs fois à l’enquête).

Amiens, comme la plupart des villes françaises, doit réaliser des efforts significatifs pour permettre à ses habitants de se déplacer à vélo confortablement et en sécurité.

Vous avez donné à Amiens la note de 2,64/6  “défavorable

Le 16 mars au Congrès de la Fub ont été publiés les résultats ville par ville du Baromètre des villes cyclables. Les résultats pour Amiens montrent une marge de progrès indéniable.

Le 16 mars au Congrès de la Fub ont été publiés les résultats ville par ville du Baromètre des villes cyclables. Les résultats pour Amiens montrent une marge de progrès indéniable.

Pour rappel, l’enquête Baromètre des villes cyclables, organisée par la fédération des usagers de la Bicyclette, était accessible en ligne sur parlons-velo.fr pendant trois mois, de septembre à novembre 2017. Plus de 113 000 contributions ont été enregistrées, seules les communes ayant récolté un minimum de 50 réponses ont pu être classées pour cette première édition du Baromètre. Elles sont divisées en cinq catégories selon la démographie. Amiens fait partie de la catégorie des villes de 100 à 200 000 habitants


Pour faire avancer le vélo à Amiens, adhérez à Véloxygène en cliquant ici


Au niveau national,

dans sa catégorie, Amiens se place à la 20ème place sur 29 villes.

Au niveau national, dans la catégorie des communes de 100 à 200 000 habitants, Amiens se place à la 20ème place sur 29 villes.

Classement des villes de 100 à 200 000 habitants

Dans les Hauts-de-France,

23 communes sur 316 au niveau national sont présentes dans ce classement. 

Amiens est la seule ville des Hauts-de-France dans sa catégorie. 

Les résultats amiénois en détails

Dans les graphiques insérés dans cet article on trouve deux informations :

la note donnée par les personnes ayant répondu,

l’écart positif ou négatif avec l’ensemble des villes de même catégorie.

Cliquer sur les graphiques pour les agrandir.

Les points forts d’Amiens

Les points forts d’Amiens sont essentiellement les facilités pour trouver un vélo en location et la possibilité de réparer / faire réparer son vélo.

Amiens, baromètre des villes cyclables 2017 points forts

Dans l’affirmation “Louer un vélo pour quelques heures ou pour plusieurs mois est facile”, Amiens est la première des villes de 100 à 200 000 habitants et concernant celle “Trouver un magasin/atelier de réparation vélo est facile”, Amiens est à la 6ème place, ce qui est un très bon score. Cette enquête a été effectuée avant que la Délégation de service public (DSP) de location de vélo Buscyclette ne soit transférée de VéloService à Keolis et l’arrêt du service de « petites réparations vélos » effectué jusqu’alors par Véloservice. Nous espérons qu’Amiens prendra les moyens pour améliorer encore cette note l’an prochain.

Les autres points

Le ressenti général

Amiens, ressenti général : peut mieux faire

Amiens, ressenti général : peut mieux faire

La sécurité

Le confort

L’effort commun

Les services / stationnements

Résumé

Point important, circuler à vélo à Amiens n’est pas sûr pour les enfants et les personnes âgées, comme d’ailleurs dans 90% des villes présentes dans le baromètre.
Au niveau local, des progrès sont à faire dans la mise en place des nouvelles dispositions du Code de la route (double-sens cyclables, cédez-le-passage au feu…).
Ces chiffres montrent l’urgence de financements locaux et nationaux en faveur d’infrastructures qui feront que les parents laisseront leurs enfants aller au collège à vélo.

A la suite des « Assises de la mobilité », la ministre des transports, Elisabeth Borne, a annoncé un “plan vélo national, sincère, structuré et financé” élaboré par les acteurs du vélo  (État, Associations).

Pour que la  redistribution financière par l’Etat des fonds  aux collectivités locales pour réaliser les investissements soit effective, il est indispensable que les arbitrages financiers en attente auprès de Bercy soient positifs. Nous craignons en effet que le côté “financé” soit la seule planète manquante à cet alignement.

Prochain article

Vos remarques et vos propositions dans le baromètre

Prochaine enquête du Baromètre des Villes Cyclables

automne 2019

 


Poster un commentaire

Baromètre des villes cyclables : résultats sur Abbeville (Somme)

Baromètre des cilles cyclables : classement d'Abbeville

Baromètre des cilles cyclables : classement d’Abbeville

  • Note : 2,51 / 6

  • Climat vélo : F défavorable
  • Réponses valides : 58
  • Réponses pour 1000 habitants : 2,5

Bravo aux répondants abbevillois qui ont contribué aux résultats de l’enquête « Parlons-Vélo » ! Le Baromètre n’est pas un classement, il indique comment les cyclistes d’une ville évaluent sa cyclabilité selon leur pratique. Il met en valeur leurs préconisations et recommandations.

Points forts

Cliquez sur les images pour les agrandir

Les points faibles vus par les cyclistes abbevillois



Quelles préconisations ?

Vous êtes près de 80% à réclamer un réseau cyclable sans coupure.

Les répondants sont au ⅔ des hommes, majoritairement âgés entre 35 et 44 ans ainsi qu’entre 55 et 64 ans, ce sont des pratiquants réguliers de la bicyclette qui plébiscitent le tourisme à vélo.

Point important, circuler à vélo à Abbeville n’est pas sûr pour les enfants et les personnes âgées, comme d’ailleurs dans 90% des villes présentes dans le baromètre.
Au niveau local, des progrès sont à faire dans la mise en place des nouvelles dispositions du Code de la route (double-sens cyclables…).
Ces chiffres montrent l’urgence de financements locaux et nationaux en faveur d’infrastructures qui feront que les parents laisseront leurs enfants aller au collège à vélo.
La ministre des transports, Elisabeth Borne, a annoncé un “plan vélo sincère, structuré et financé”. Il est indispensable que les arbitrages financiers en attente auprès de Bercy soient positifs. Nous craignons en effet que le côté “financé” soit la seule planète manquante à cet alignement.

Pour une association de cyclistes urbains à Abbeville

Vous souhaitez participer à la création d’une association de cyclistes urbains à Abbeville ? Véloxygène et la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) peuvent vous aider. Prenez contact avec nous via notre formulaire de contact.


Poster un commentaire

Bikes Vs Cars : 1 film, 3 séances

Véloxygène vous invite à la diffusion du film

BIKES VS CARS de Frédérik Gertten

Un documentaire passionnant qui questionne la place de la voiture partout dans le monde (Sao Paulo, Toronto, Los Angeles…), mèle témoignages, chiffres et expériences et donne la parole à ceux qui agissent pour que le vélo prenne toute sa place dans la cité.

1 film – 3 séances

  • jeudi 22 mars à 20h au centre culturel Léo Lagrange, 12 place Vogel,
  • mardi 3 avril à 20h 30 au Chaudron, scène culturelle du CROUS, rue du général Frère,
  • mercredi 4 avril à 20h 30 salle du Bailly B, avenue Paul Claudel

Entrée gratuite
Les séances seront suivies d’un pot et d’un débat

Un film militant et passionnant, qui assume, chiffres et témoignages à l'appui, son combat contre l'hégémonie de la voiture dans le monde occidental et les pays émergents, en donnant la parole à ceux qi résident aux quatres coins de la planète, pour que le vélo ait droit de cité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le film

synopsis, récompenses...      le site : bikes-vs-cars.com    la bande-annonce


1 commentaire

Travaux : une chance pour changer nos habitudes !

Dossier de presse – vélo, commerces et BHNS

Le débat public actuel à Amiens donne une forte résonance aux problématiques de
stationnement et de place de la voiture en ville. A l’opposé de cette position, Véloxygène
considère que la ville durable doit faire une place prioritaire aux mobilités douces (marche et
vélo). Les travaux actuels, par leur ampleur, engagent notre ville à long-terme : vers une
redéfinition large de l’espace en faveur de la marche, des vélos et du bus ou bien un coûteux
partage marginal préservant la mobilité automobile ?

Travaux du BHNS : une chance pour créer un réseau vélo à haut niveau de service

Une absence de prise en compte des observations émises par Véloxygène aux différentes étapes de la concertation sur le BHNS.

De la concertation préalable en septembre 2015 sur « Ametis 2.0 » à l’enquête publique, nous avons produit 3 contributions sur la place du vélo dans le projet de BHNS, en souhaitant que les travaux de voirie réalisés sur les grands axes amiénois permettent la création embarquée d’un réseau vélo structurant. La présentation détaillée des plans des aménagements prévus lors des comités techniques spécifiques a été aussi l’occasion de préciser nos positions, satisfecit comme désaccords. Nous avons ainsi souligné les points positifs du projet (partage de l’espace au niveau des boulevards sud ou de la pénétrante nord jusqu’à la place Vogel), tenté d’améliorer les aménagements au rendu plus mitigé (axe port d’amont – port d’aval, carrefours des boulevards intérieurs). Surtout, nos remarques ont mis en lumières deux points noirs extrêmement problématiques : les axes majeurs Vogel-Branly et de la chaussée Jules Ferry seraient privés d’aménagements cyclables.
Un recours gracieux, envoyé début septembre 2017 et reprenant ces positions, s’est vu opposé un même refus d’intégration d’aménagements cyclables sur ces deux axes.

Au-delà d’un projet de bus à haut niveau de service, un réaménagement important de la voirie qui engage à long terme le territoire et ses habitants.

Les récentes Assises de la Mobilité ont consacré le vélo comme solution majeure des politiques de mobilités durables et de santé publique. Dans le même temps, les premiers résultats de l’enquête nationale de la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette, à laquelle adhère Véloxygène) montrent une forte demande des cyclistes d’aujourd’hui et de demain pour des infrastructures cyclables sûres et confortables.
Selon la Métropole, le traitement de ces deux axes cruciaux (Vogel-Branly et Jules Ferry) en zone 30 est à même d’assurer un cheminement aisé pour les cyclistes. Nous refusons cette position, contraire aux recommandations du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, établissement public de soutien aux politiques publiques), et demandons la réalisation de pistes cyclables latérales, en cohérence avec les trafics importants constatés (25 000 véhicules/jour sur Vogel-Branly, 15 000 véhicules/jours sur la chaussée Jules Ferry). La dernière enquête annuelle réalisée par l’assureur AXA montre de plus qu’une grande majorité des conducteurs de la région des Hauts-de-France ne respecte pas la limitation de vitesse des zones 30 (76% y roulent entre 40 et 50 km/h). La hiérarchie du réseau de voirie sera ainsi difficilement perceptible, puisque les voies secondaires desservant les quartiers voisins, en milieu très résidentiel ou en centre-ville, resteront elles limitées à 50 km/h.
Le dossier de l’enquête publique affichait un temps d’amortissement des infrastructures et voiries de 50 ans. Evitons des travaux complémentaires (et coûteux pour les finances publiques amiénoises !) d’intégration satisfaisante du vélo dans 3, 5 ou 10 ans, modifions dès maintenant le projet !

Faire rimer BHNS avec VHNS : il est encore temps d’avancer vers un réseau vélo à haut niveau de service !

Des alternatives existent combinant aménagements cyclables qualitatifs, larges trottoirs et stationnement automobile.

Sur l’axe Vogel-Branly, le projet prévoit un stationnement automobile dispersé sur les deux côtés de l’ensemble de l’axe. Mieux positionner ces places de stationnement automobile, en en gardant le même nombre, mais en les situant uniquement, alternativement, à l’ouest ou à l’est de la chaussée suivant les tronçons permettrait un gain en largeur significatif, suffisant pour réaliser des pistes cyclables latérales. Un accès aisé aux Halles en vélo serait sans nul doute bénéfique aux commerces de la galerie et de la halle au frais !
Sur la chaussée Jules Ferry, le projet prévoit de garder deux rangées de stationnement automobile en épi de chaque côté de la chaussée. Passer ces espaces de stationnement en bandes longitudinales permettrait un gain de 4 mètres largeur, de quoi réaliser 2 pistes cyclables de qualités. La perte en stationnement serait faible, de l’ordre de 20%, et les riverains n’auraient pas de problème pour garer leur véhicule puisque les enquêtes réalisées sur cet axe avant les travaux montrent un taux moyen d’occupation des espaces de stationnement compris entre 65 et 70%.
Sur les autres axes impactés par les travaux, le choix privilégié par la Métropole est celui d’une circulation des vélos sur des espaces partagés avec les piétons (« voie verte »). Il diffère du modèle hollandais et des nombreuses agglomérations françaises qui privilégient actuellement la séparation des flux et la réalisation de pistes cyclables sur les principaux axes de circulation. Pour que le partage de l’espace lié à ce choix d’aménagement permette un développement de la mobilité à vélo, il est important d’accorder une attention particulière à l’intégration et la sécurisation des itinéraires cyclables au niveau des carrefours : Véloxygène est prêt à y travailler en concertation avec les pouvoirs publics.

Les travaux sur certains axes n’ayant pas encore commencé, notre appel sonne comme une dernière alerte aux décideurs amiénois : il est encore temps de respecter la loi et d’intégrer des aménagements cyclables de qualité, en phase avec les enjeux de mobilité durable de notre siècle !

Piétons et cyclistes : une chance pour le commerce de proximité

Avis aux commerçants amiénois : moins de voitures = plus de clients ! Sur un espace donné, il circule beaucoup plus de piétons, de cyclistes ou d’usagers des transports publics que d’automobilistes. Le graphique suivant montre le débit maximum des espaces de circulation, selon les modes de déplacement, pour une bande de circulation de 3,50 m de large (en personne par heure).

Les piétons et cyclistes sont les meilleurs alliés des commerces de centre-ville, des faubourgs et de banlieue.

Les piétons et cyclistes sont les meilleurs alliés des commerces de centre-

ville, des faubourgs et de banlieue. Ils reviennent plus souvent, et dépensent au final davantage dans les commerces de proximité que les automobilistes.