Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Pas de coup de pompe chez les vélocistes

Lancé après le premier confinement, Coup de pouce vélo a pris fin le 31 mars 2021. On fait le bilan de l’opération avec Laurent de Vélo Station Amiens.

Avec plus de 700 vélos réparés, Coup de pouce vélo n’a fait qu’accentuer la progression de Vélo Station, qui affichait déjà une croissance de +25% par an, et même en 2020, malgré la fermeture du premier confinement !

Si Laurent et son équipe ont bien-sûr revu les habitués, ils ont également touché de nouveaux clients. Comme la FUB l’avait prévu, il y a eu aussi un effet d’aubaine, avec des vélos à retaper pour la revente ou pour les ranger au garage. Face à l’énorme demande, Laurent a organisé un système de rendez-vous.

La pandémie a entraîné une rupture des chaînes de production essentiellement asiatiques, avec plus de 80% des pièces. Le vélociste a dû faire face à des ruptures de stocks et la difficulté de trouver certaines pièces pour les vieux vélos.

Un sérieux coup d’accélérateur !

Avec 50€, on peut difficilement opérer une remise en état totale d’un point de vue sécurité. Refaire les freins, la transmission, les lumières, installer une nouvelle sonnette, changer les pneus ou les chambres à air, on dépassait souvent la somme prise en charge par l’État. Les cyclistes ont souvent ajouté 25€ de leur poche, ce qui est très raisonnable ! En moyenne, l’équipe passait 1h30 sur un vélo, soit 4 à 5 vélos retapés par jour. La limite ? leur disponibilité (réduite notamment par les 7 à 15 minutes par vélo pour les formalités), celle des pièces détachées… et la place dans le magasin (n’oubliez pas d’aller rechercher votre vélo ;-)) !

L’opération a offert une belle visibilité au magasin et a surtout permis à Laurent de recruter du renfort. Vu le succès du vélo, il est très important de former des spécialistes de la mécanique des cycles, connaissant bien le volet sécurité.

Les clients venus pour retaper leur vieux biclou reviennent plus tard pour parfaire leur équipement. Il y a eu même quelques déclics, déclenchant une dizaine d’achats de vélos.

Hormis le volet administratif, Coup de pouce vélo est une bonne opération pour le vélociste et elle vient booster la pratique du vélo au quotidien.

Amiens suit (enfin) le mouvement !

Au début, on répare son vélo, puis on s’équipe on investit sur la sécurité, un bon casque, le matos visibilité. Pour de nombreux cyclistes urbains, c’est une vraie révélation, on roule même l’hiver et malgré le mauvais temps. Chez Vélo Station, on repense le rayon vêtements pour faire face aux intempéries. Il faut un bon équipement pour faire du vélo toute l’année.

Copiant les bonnes pratiques des autres villes, Amiens a fini par suivre la tendance vélo. Les aides des collectivités incitent depuis peu à acheter une nouvelle monture, que ce soit un VAE, un vélo cargo ou un vélo musculaire.

Mais à Amiens, à écouter les clients, ce n’est pas la pluie qui froisse le cycliste, c’est bien le manque de sécurité ! Ceux qui arrivent d’autres villes sont surpris par le niveau d’équipement. Et de constater que les cyclistes n’hésitent plus à investir dans des antivols de qualité, forcément plus coûteux. Eh oui, les plus gros freins à l’achat d’un vélo demeurent le vol et le manque de stationnement sécurisé…

Le rêve ? Si vous voulez faire plaisir à Laurent, remplacez la place de parking voiture devant sa vitrine par un bel emplacement dédié aux vélos ! A bon entendeur…

Propos recueillis par Emilie THEROUIN


1 commentaire

La Cour Administrative d’Appel de Douai demande à Amiens Métropole de tenir compte des cyclistes dans ses aménagements

Deux arrêts favorables à Véloxygène

Dans deux arrêts, publiés ce mercredi 17 mars, la Cour administrative d’appel de Douai a donné raison à Véloxygène : les travaux réalisés rue Saint-Fuscien et chaussée Jules Ferry ne respectaient pas la loi.

La Cour enjoint à la communauté d’agglomération d’Amiens Métropole, dans un délai de quatre mois à compter de la notification de son jugement :

  • concernant la rue Saint Fuscien (entre le bd Bapaume et le carrefour de la Croix Rompue), d’examiner la demande de Véloxygène « tendant à l’aménagement d’itinéraires cyclables sur le tronçon nord de la rue Saint-Fuscien » 
  • concernant la chaussée Jules Ferry, de « réexaminer la demande de l’association Véloxygène d’instituer un stationnement longitudinal afin de permettre la création d’un aménagement cyclable dans chaque sens de circulation de la chaussée Jules Ferry ».

La métropole est aussi condamnée à payer  3 000 € à Véloxygène.

Véloxygène se félicite de cette décision de justice ; nous aurions évidemment préféré, par économie de temps, d’énergie et d’argent public, que ces revendications soient entendues en amont des travaux réalisés.

Pastiche du JDA
Pastiche

Rattraper le retard pris, donner sa chance à la solution vélo par des aménagements qualitatifs réalisés dans la concertation avec les cyclistes et leurs représentants.

 Gageons que cette décision permette d’ouvrir un nouveau cycle pour le vélo :

–   Sur les itinéraires concernés par ces décisions, Véloxygène se tient à la disposition de la Métropole pour étudier les solutions possibles, envisager les modifications aux travaux réalisés et les moyens pour les mettre en conformité avec les exigences légales.

–   Plus globalement, nous faisons le souhait d’aménagements cyclables évidemment conformes à la législation en vigueur, mais aussi en adéquation avec la nécessaire ambition de faire du vélo une solution de déplacement massif à l’échelle de l’agglomération. Pour une métropole 100% cyclable, nous appelons notamment, en écho à notre programme vélo, à la réalisation d’un réseau de pistes cyclables continues et sécurisées sur les grands axes, et ailleurs, à l’apaisement généralisé des vitesses et trafics motorisés.

Nous savons que ces principes de base sont très largement partagés avec les équipes métropolitaines, décideurs et services techniques.

Nous redisons donc notre confiance en l’avenir du vélo dans notre métropole régionale.

République : l’association est déboutée sur la forme

Véloxygène avait aussi porté près la Cour administrative d’appel le “désaménagement” cyclable de la rue de la République. 

La Cour a jugé que notre demande n’était pas recevable et nous condamne à payer 1 500 € à la ville d’Amiens. 

Véloxygène respecte la décision de justice, mais regrette que la réalité du terrain – à savoir la difficulté à circuler à vélo rue de la République -, n’ait pas reçu un écho et une compréhension de la part de nos dispositifs administratifs, que ce soit la ville d’Amiens ou l’appareil judiciaire.

En France, depuis 13 ans, les rues à 30 km/h permettent le passage des cyclistes à double-sens . Aujourd’hui, rue de la République, les cyclistes peuvent donc emprunter cette voie dans les deux sens, mais ne le font pas, car la suppression du marquage vélo a rendu la circulation ambiguë pour tous les usagers. 

Cet  état de fait, indépendamment de la décision de justice, devrait inciter la ville à revoir son aménagement, a minima en rétablissant les marquages au sol et la signalisation verticale adéquate et réglementaire. Nous avions par ailleurs proposé des solutions d’aménagements encore plus sécurisantes pour les piétons et les cyclistes sur cet axe.

L’association organisera une vélorution mani-festive dans les semaines qui viennent, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, et appelle tous les habitants de la métropole qui souhaitent des aménagements adaptés aux mobilités actives à la rejoindre.

Appel aux adhésions 

L’adhésion à Véloxygène permet de soutenir les actions de l’association en faveur de la pratique de la bicyclette, en tant que solution facile, économique, écologique et efficace pour nos déplacements quotidiens.

Chaque adhérent est une force pour l’association et ses actions.

Pour adhérer, c’est ici

https://www.helloasso.com/associations/veloxygene-amiens/adhesions/adhesions-a-veloxygene-2021


Poster un commentaire

Véloxygène organise son troisième groupement d’achat !

Vous souhaitez faire l’acquisition d’un vélo ? C’est le moment où jamais !

Pour la troisième année consécutive, l’association Véloxygène est heureuse de vous annoncer qu’elle organise un groupement d’achat de vélos classiques et à assistance électrique.

Le vélociste nous ayant adressé l’offre la plus intéressante cette année est, pour la deuxième année consécutive, les Cycles Peugeot, localisé au 296 route de Paris à Amiens.

Fait des plus intéressants, les réductions portent sur l’ensemble du catalogue de la boutique qui commercialise les marques Peugeot, Gitane, Bianchi et Leader and Fox. Nous sommes de plus parvenus à obtenir des réductions substantielles que voici :

Vélos classiques :

  • 10% sur la gamme inférieure a 500 €
  • 15% sur la gamme supérieur a 500 €

Pour les vélos à assistance électrique :

  • 12% sur la gamme inférieure à 1000 €
  • 15% sur la gamme entre 1 000 et 1 500 €
  • 17% sur la gamme entre 1 500 et 2 000 €
  • 20% sur la gamme entre 2 000 et 3 000 €
  • 25% sur la gamme supérieure à 3 000 €

En outre, vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé pour chaque personne et d’une remise de 20% sur tous les accessoires.

Si vous êtes intéressés, nous vous invitons donc à prendre contact avec Gautier Gente, membre du Conseil d’Administration de l’association à l’adresse suivante : ggente@protonmail.com

Ce sera votre interlocuteur et vous pourrez lui poser toutes vos questions. Il vous informera des modalités techniques et financières de cette opération.

La date butoir avant laquelle vous devez vous manifester est fixée au vendredi 26 mars 2021.

<p value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80"><strong>Attention : pour bénéficier de ce groupement d'achat, il est nécessaire d'être adhérent de Véloxygène.</strong> L'adhésion est à 8 € pour un individu ou 12 € pour une famille. Pour adhérer : <a href="https://vu.fr/veloxygene&quot; target="_blank" rel="noreferrer noopener">vu.fr/veloxygene</a>Attention : pour bénéficier de ce groupement d’achat, il est nécessaire d’être adhérent de Véloxygène. L’adhésion est à 8 € pour un individu ou 12 € pour une famille. Pour adhérer : vu.fr/veloxygene

À très bientôt !


Poster un commentaire

Dans la fabrique des vélos d’Amiens-Métropole

En octobre 2020, l’association AU5V, le Véloxygène du Sud de l’Oise, se rendaient à l’usine Arcade Cycle à La Roche sur Yon dans les Pays-de-Loire.
Spécialiste du vélo de location et leader sur le marché des collectivités et des loueurs saisonniers, Arcade fabrique les vélos d’Amiens-Métropole et de l’agglomération de Creil.
Ce jour-là, l’usine assemblait les célèbres vélos verts et l’AU5V nous a gratifié d’un reportage photo.

Comment sont fabriqués les vélos ?

« 300 à 350 vélos sont produits ici chaque jour et on se prépare à tripler notre capacité de production en 2021 ». Arcade produit chaque année 50 000 vélos et, depuis le déconfinement, l’usine tourne à plein régime.

« On réfléchit pour faire des vélos durables » avertit Laurent Chaillot, directeur des ventes. Et pour cause, Arcade fournit un peu partout dans le monde des vélos destinés à la location courte et longue durée, y compris les Vélib’ 2 parisiens à assistance électrique. Des vélos qui sont soumis à rude épreuve et qui doivent résister à des conditions d’utilisation difficiles.

D’où proviennent les composants des vélos ? 

60% d’un vélo vient d’Asie, notamment les moyeux, la transmission, la potence, le guidon ainsi que les moteurs des VAE. « De France, ajoute-t-il, on reçoit les jantes, les rayons et les éclairages ». Les selles proviennent d’Italie, certaines béquilles de Suisse. 

Comme pour beaucoup de vélos “Made in France”, c’est essentiellement l’assemblage qui est réalisé dans notre pays. Celui-ci est effectué à la main, même si des machines facilitent le montage des rayons ou la pose des chambres et des pneus.
En bout de chaine, chaque vélo est testé.
Quand les commandes arrivent à destination, il ne reste plus qu’à fixer les pédales et positionner le guidon !

Quelle est la position de Véloxygène sur la location des vélos ? 

Pour Véloxygène, la location des vélos longue durée est un maillon important d’une bonne politique cyclable. Les cyclistes ne s’y trompent d’ailleurs pas qui lui donnent toujours une bonne note dans les “baromètres des villes cyclables”.

Nous l’avions d’ailleurs écrit dans notre “programme vélo” : Municipales 2020 – 12 propositions pour une ville cyclable

Proposition 5 : Faciliter les services de location de vélos, en tous genres et pour toutes les durées
Les vélos en location “longue durée” permettent un usage personnalisé d’un vélo entretenu et réparable par du personnel compétent. Ils présentent l’avantage d’être moins ciblés par les vols. 
 Il est donc souhaitable de :
- développer la location de vélo en longue durée, notamment électrique, et multiplier les points de location. 
- développer la location de vélos pour les enfants, de vélos destinés aux touristes ainsi que la location de tri-porteurs afin de proposer un mode de transport cyclable de grande capacité, répondant à l’usage « courses » ou « transport de bagages ».
- proposer une tarification solidaire de la location longue durée en cohérence avec les tarifs proposés pour l’accès aux bus.

Remerciements Thierry Roch, AU5V


Poster un commentaire

Le port du masque n’est pas obligatoire à vélo

Véloxygène a interrogé Mme la Préfète de la Somme sur l’obligation du port du masque à vélo.

Nous avons reçu sa réponse le 10 décembre : le port du masque n’est pas obligatoire à vélo dans la Somme, en ville, sur route ou sur la Véloroute de la Somme.

Pour télécharger cette lettre (et la mettre dans votre poche !), vous pouvez cliquer sur ce lien ou le recopier : https://bit.ly/masquevelo

Notre question faisait suite à l’actualisation du site du Ministère de l’Écologie concernant l’obligation du port du masque à vélo : ​ecologie.gouv.fr/faq-covid-19-transports-et-confinement

Inquiets de ce que pouvait révéler la phrase « sauf disposition contraire prise localement », nous avions préféré demander confirmation à Mme la Préfète de la Somme plutôt que de faire prendre le risque d’une amende aux cyclistes.