Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Balade des anciens lieux dits « de plaisirs »

le dimanche 13 février 2022
Rendez-vous à 10h00 Place Gambetta
pour une balade de 2 heures environ, à un rythme familial.

Véloxygène vous propose un circuit intra-muros pour découvrir les lieux des anciens hôtels de passe, bars spécialisés et cinémas “X” qui avaient pignon sur rue.

Ville de garnison jusqu’en 1999, Amiens a accueilli de nombreux contingents de soldats et d’appelés. Comme dans toute ville de garnison, plus qu’ailleurs, des établissements s’étaient spécialisés dans le commerce du sexe.

Guidés par Patrice, les cyclistes pourront constater l’importance que prenait cette activité dans certains quartiers de notre ville.

Les balades de Véloxygène sont gratuites et ouvertes à tous. Elles sont proposées le deuxième dimanche de chaque mois.


Poster un commentaire

BRAC du 7 décembre 2021

Les Balades de Reconnaissance des Aménagements Cyclables – BRAC – ont lieu tous les premiers mardis de chaque mois à 18h.

Balade de reconnaissance des aménagements cyclable – BRAC – du 7/12/2021

Axe place Vogel-Citadelle = rue de la résistance et rue des déportés : chaussée 2×2 voies à circulation automobile importante et rapide, où les vélos n’ont pas leur place.

Cet axe relie les quartiers nord au centre-ville : trafic automobile intense, nombreux piétons et cyclistes (étudiants) qui partagent un trottoir « voie verte » côté ouest de la chaussée.

Observations :

  • Malgré un élargissement dans sa zone centrale suite à un réaménagement de la chaussée, la largeur (varie entre 3 et 4 mètres) reste insuffisante pour une bonne cohabitation piétons-cyclistes.
  • A part les panneaux installés aux extrémités de cet axe annonçant un trottoir partagé, aucune signalisation au sol n’informe les piétons de la présence possible de cyclistes. Aux heures d’affluence, la circulation des vélos est problématique.
  • La nuit, l’éclairage est insuffisant.
  • Point noir : l’arrêt de bus (desserte fac citadelle)

= trottoir réduit

= présence permanente de passagers en attente

= visibilité restreinte liée aux panneaux publicitaires de l’abribus.

  • Des containers (verre et papier) pas vraiment à leur place.

= obstacle gratuit et supplémentaire… sans habitation proche ni possibilité de stationnement à proximité. Cela peut inciter certains automobilistes à s’arrêter sur la voie de bus adjacente.

Quelques propositions pour améliorer la cyclabilité :

  • Marquer le trottoir partagé, à défaut d’avoir des revêtements de sol différenciés. 
  • Le passage derrière l’abribus nécessiterait l’installation d’une passerelle en bordure du canal (cf place Longueville).
  • Déplacer les containers : le plus simple à réaliser (à proximité des résidences du square Darlington ?).


1 commentaire

La fin d’une bataille en justice ouvre une nouvelle voie pour le vélo

En rejetant en décembre dernier les pourvois présentés par l’agglomération d’Amiens, le Conseil d’Etat a mis un terme aux procédures engagées par Véloxygène en 2017 et 2018 pour contester l’absence totale d’aménagement cyclable à l’occasion des récentes rénovations de la rue Saint Fuscien et de la Chaussée Jules Ferry. Il a également confirmé les deux décisions de la cour administrative d’appel de Douai rendues en mars 2021. Ces deux arrêts illustrent la décision de principe du Conseil d’Etat au sujet de l’article L228-2 du Code de l’environnement selon laquelle :

« Il résulte de ces dispositions que l’itinéraire cyclable dont elles imposent la mise au point à l’occasion de la réalisation ou de la rénovation d’une voie urbaine doit être réalisé sur l’emprise de la voie ou le long de celle-ci, en suivant son tracé, par la création d’une piste cyclable ou d’un couloir indépendant ou, à défaut, d’un marquage au sol permettant la coexistence de la circulation des cyclistes et des véhicules automobiles. Une dissociation partielle de l’itinéraire cyclable et de la voie urbaine ne saurait être envisagée, dans une mesure limitée, que lorsque la configuration des lieux l’impose au regard des besoins et contraintes de la circulation. » (Conseil d’Etat, 30 novembre 2020, N° 432095)

Avant cette décision, la question restait posée de savoir si « les besoins et contraintes de circulation » pouvaient être « exploités » par les collectivités pour « échapper » à l’obligation de réalisation d’un aménagement cyclable. C’est précisément ce qu’argumentait l’agglomération Amiens Métropole pour justifier l’absence d’aménagement sur les voies concernées. Cette lecture de l’article de loi rétrogradait l’obligation d’aménagement cyclable au rang de simple faculté en fonction de l’analyse que la collectivité pouvait faire de la notion de « besoins et contraintes de circulation.

Depuis la décision du 30 novembre 2020, le Conseil d’Etat a coupé court à ce type d’interprétation en imposant la mise en place d’un itinéraire cyclable au droit de la voie rénovée et en précisant que les « besoins et contraintes de circulation » ne peuvent conduire qu’à une dissociation partielle et dans une mesure limitée de l’itinéraire à réaliser. Les décisions rendues pour la Chaussée Jules Ferry d’une part et Saint Fuscien d’autre part illustrent parfaitement cette jurisprudence. C’est ainsi que dans le cas de la rue Saint Fuscien, la Cour a considéré que la dissociation de l’itinéraire sur la totalité du tronçon allant du boulevard Bapaume au carrefour de la Croix Rompue et dans une mesure rallongeant excessivement le parcours des cyclistes ne respecte pas l’impératif d’aménagement cyclable posé par l’article L228-2 du code de l’environnement. Quant à la chaussée Jules Ferry, la Cour a sanctionné l’absence totale d’aménagement.

Ces deux arrêts ont l’avantage de rappeler aux collectivités que la place du vélo sur les chaussées urbaines n’est pas une option et doit être impérativement pensée en amont des travaux.

A Amiens, les arrêts rendus ouvrent deux nouveaux chantiers. Celui, d’abord, de la mise en conformité des deux axes concernés ; car si l’analyse de la loi est favorable aux cyclistes, l’aménagement, lui, reste contraire encore à ce jour. L’association se mobilise pour que les décisions de la Cour administrative d’appel de Douai ne soient pas des trophées. Elles doivent être respectées et aboutir à la création d’un itinéraire cyclable sur la chaussée Jules Ferry et sur la rue Saint Fuscien. Le second chantier est celui de la restauration d’un échange avec l’agglomération pour que le principe posé par la jurisprudence administrative soit accepté et pris en compte pour les travaux de rénovation actuellement/prochainement votés. Il n’appartient à présent qu’à l’agglomération d’Amiens Métropole de faire en sorte que ces chantiers soient de courte durée.

Lettre du Coseil d'Etat adressé à Véloxygène annonçant le rejet du pourvoi d'Amiens-Métropole
Au dernier jour de 2021, Véloxygène a reçu une lettre du Conseil d’Etat l’informant du rejet du pourvoi intenté par Amiens Métropole à son encontre.


Poster un commentaire

Retour sur « Lumières sur les vélos »

La commission des actions mani festives de Véloxygène vous propose de revenir en quelques mots sur la Véloparade de janvier « Lumières sur les vélos » du mercredi 19 janvier 2022.

Le mot d’ordre de cette première action de 2022 était de démontrer que les cyclistes sont toujours plus nombreux à se déplacer quotidiennement en vélo sur Amiens et Amiens métropole et donc de plus en plus visibles.

Ce faisant, « Lumières sur les vélos » ambitionnait de faire « briller » symboliquement les cyclistes d’une part en les rendant très visibles dans l’espace grâce à tout un panel d’objets lumineux accrochés sur leurs vélos (guirlandes, lampes etc.), et, d’autre part, de les mettre sur le devant de la scène en tant que représentants d’un mode de déplacement vertueux resté, pour l’heure, trop alternatif sur Amiens en raison, notamment, d’un manque d’aménagements cyclables sécurisés.

Nous étions 47 ce mercredi 19 janvier ce qui s’avère être une réussite au vu du temps horrible de la journée. Bravo donc au courageux venus braver la pluie.

Un bémol toutefois fut la modification de l’itinéraire prévu qui devait faire passer la Véloparade davantage dans le centre ville. En raison de la venue des 27 ministres des Etats membres de l’Union européenne pour un sommet sur le climat, la Préfecture nous a demandé d’emprunter des rues excentrées et peu passantes.


Poster un commentaire

Si on comptait ? l’édition 2021

Et si on comptait ? a permis de démontrer que les cyclistes amiénois comptent bien davantage que 40 personnes et que leur nombre augmente sensiblement depuis des mois.

Nous étions entre 130 et 150 sur cette photographie et pouvons nous targuer de la réussite de cette première mobilisation.

Par là, nous souhaitons exprimer que les cyclistes doivent compter dans l’aménagement de la cité et que Véloxygène constitue bien l’association représentative  de ces derniers.

Photo Clément Phoque

Par nos actions, nous continuerons de structurer la communauté cycliste amiénoise, à la rendre visible dans l’espace public et à nous rappeler auprès des édiles.

Et si on comptait ? sera réitéré de façon régulière afin d’évaluer la part croissante des cyclistes amiénois, soyez les prochains à rentrer dans le cadre 😉

Cette “photo” a été organisée par la commission des actions manifestives de Véloxygène le samedi 23 octobre 2021 à 11h.  Les cyclistes amiénois étaient invités à poser pour une grande photographie de famille devant l’hôtel de ville d’Amiens.