Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Baromètre des villes cyclables : Parlons-Vélo plus que jamais !

L’édition 2019 du Baromètre des Villes cyclables a connu un grand succès à Amiens en enregistrant plus de 1000 réponses ! Au niveau national, la mobilisation a été telle que Parlons-vélo a obtenu plus de 184 000 réponses, qualifiant ainsi 763 villes, dont Amiens.


Avec 1 034 répondants, dont 985 cyclistes, les cyclistes d’Amiens ont contribué au succès de l’édition 2019

Ce score impressionnant montre une nouvelle fois l’appétence actuelle pour le sujet vélo à quelques mois des municipales 2020.

Le premier résultat dévoilé prend la forme d’une carte des points noirs et axes à aménager en priorité, une carte qui doit devenir un véritable outil d’aide à la décision pour les responsables d’Amiens, et surtout des candidats aux municipales 2020 ! Cette carte est accessible sur :

carto.parlons-velo.fr

Ce module de cartographie – la grande nouveauté de cette édition 2019 – a permis aux usagers de remonter leurs priorités : les axes à aménager et les points noirs à résorber.

Sur carto.parlons-velo.fr, tapez Amiens en haut à droite et vous verrez apparaître les points noirs et les tronçons prioritaires que les internautes ont déclaré. Puis choisissez de voir soit les « Points noirs » ou les « Tronçons prioritaires », tels que les ont déclaré les internautes, ou « Les deux ».

Deux exemples de rendu :

Carte des points noirs : la place Vogel

La Place Vogel, réaménagée en 2018, est particulièrement ciblée par les cyclistes, qui sont nombreux à la déclarer comme point noir des aménagements.

Baromètre 2019 Amiens : Tronçon prioritaire Rue St Fuscien

De même, la rue Fuscien, refaite en 2016, est fréquemment citée comme « tronçon prioritaire ».

À Véloxygène, nous sommes convaincus que le vélo et les aménagements cyclables seront des éléments forts de la campagne des municipales 2020. Dans cette optique, nous finalisons notre projet de vélo pour Amiens, projet que nous rendrons publics et communiquerons aux candidats aux élections, que nous recevrons à leur demande.

Nous croyons ainsi que l’action collective de tous les usagers peut faire changer les choses pour une métropole plus sécurisée pour les cyclistes et les piétons.

Véloxygène et la FUB appellent les territoires de la métropole à se saisir de ces cartes pour mettre en place des mesures d’exception et faciliter la circulation à vélo en tant qu’alternative à la congestion automobile.


Poster un commentaire

En attendant le plan vélo de Véloxygène

Notre position sur la cyclabilité du centre-ville pendant le marché de Noël – faire ses courses à vélo

Dans le centre-ville, le marché de Noël dégrade pour les vélos des conditions de circulation déjà loin d’être optimales. Et cela, avec ou sans arrêté d’interdiction des vélos rue des 3 cailloux.

Notre plan vélo proposera des réponses pérennes, nous demandons cependant dès à présent des actes faciles et rapides à mettre en œuvre qui vont dans cette direction.

Une proposition : sortir de l’anneau vert le trafic motorisé de transit ou de trop longue traversée du centre, les parkings en ouvrage restant bien accessibles et permettant un accès depuis toutes les directions. La circulation des bus n’est pas modifiée.

Une ébauche de carte pour illustrer cette proposition : la circulation est notamment coupée pour les véhicules motorisés au niveau de l’entrée de la rue des Jacobins, de la rue du cloître de la Barge et de la rue de la Malmaison.

La zone piétonne ne serait pas traversable par ces mêmes véhicules au niveau de la place René Goblet et de la rue Sire Firmin Leroux, comme c’est déjà le cas les week-end du marché de Noël.

Les flèches rouges indiquent les sens de circulation qui changeraient.

Achever la mise à double-sens cyclable du centre-ville

Il conviendrait également d’achever la mise à double-sens cyclable du centre-ville, de droit dans toutes les rues limitées à 30 km/h, par la mise en conformité de la signalisation et la sécurisation des trajectoires, notamment aux intersections.

Enfin, si l’installation de racks provisoires est une bonne idée, nous regrettons leur mise en place tardive et appelons à une meilleure signalisation de ces places supplémentaires de stationnement pour les vélos.

 


Poster un commentaire

Marquage Bicycode, nouvelles sessions en novembre

Marquage vélos Bicycode® par Véloxygène - Amiens
Marquage vélo à Agora – Photo Isabelle Mages

Véloxygène organise deux nouvelles sessions pour faire marquer votre vélo.

Les dates sont :

  • jeudi 28 novembre de 17h30 à 19h30, à l’Île aux fruits, 325 rue de Verdun, Amiens ;
  • Samedi 30 novembre de 14h à 18h, à En Savoir Plus, 52 Rue du Vivier, 80000 Amiens.

Il est souhaitable de manifester votre intérêt sans tarder. C’est ouvert à tout le monde, faites passer l’info !

Participation pour les adhérents : 3 €. Pour les non-adhérents : 8 €.

Il est indispensable d’apporter votre pièce d’identité. La présentation de facture d’achat du vélo ou de cession s’il s’agit d’un vélo d’occasion est fortement recommandée.

Ensuite, il vous reviendra d’enregistrer votre vélo sur le site Bicycode.org


Poster un commentaire

J’ai testé pour vous… la Chaucidou de la route de Rouen

Par Anne Siron

Chaussidou ou chaucidou

signifie « chaussée à circulation douce », ou “chaussée à voie centrale banalisée” dans le jargon des techniciens de la mobilité. Cette invention vient de Suisse, on le voit aussi très souvent aux Pays Bas où la plupart des petites routes de campagne sont aménagées de cette façon.

De loin on se croirait sur une rue avec des bandes cyclables de chaque côté. Mais à y regarder de plus près, la peinture est moins épaisse que pour de vraies bandes cyclables, et il ne reste qu’une voie de circulation automobile au milieu de la voie, les automobiles pouvant se rabattre sur le côté « cyclable » latéral lorsqu’un autre véhicule vient en face, si bien sûr, il n’y a pas de cycliste présent sur le côté cyclable. Sinon les automobiles attendent derrière le cycliste.

Ce type d’aménagement est réalisé lorsqu’il n’y a pas assez de place pour faire de vraies voies cyclables. L’avantage par rapport à une voie sans aménagement est que du fait de la peinture matérialisant au sol l’espace de circulation des vélos, les voitures respectent le plus souvent cet

espace « vital » et ne frôlent pas le cycliste comme cela peut arriver souvent. De ce fait, les cyclistes se sentent un peu plus protégés. Après une phase d’adaptation des automobilistes, on peut dire que cet aménagement fonctionne plutôt bien.

Deux réserves importantes :

– la distance assez courte sur laquelle est aménagée la chaucidou, une petite moitié de la route de Rouen, et la diversité des aménagements cyclables tout au long de la route de Rouen (voie verte/trottoir partagé au niveau de l’esplanade Branly, puis plus rien, puis chaucidou, puis bande cyclable, puis plus rien, puis un carrefour cyclable sur trottoir au croisement avec les boulevards extérieurs) rendent l’ensemble peu intuitif.

– le dispositif devient inopérant sur une voie très chargée en véhicules. Les quelques moments où le bas de la route de Rouen est sujette à l’embouteillage le prouvent : les voitures se rangent sur les côtés cyclables et les vélos ne peuvent plus passer.

En conclusion, aménagement intéressant sur des voies pas trop fréquentées, sur des distances assez courtes et qui ne doit pas être un prétexte au non-aménagement de pistes cyclables continues et sécurisées. Une nouvelle chaussidou a depuis été aménagée rue du Bel air, une voie qui s’y prête certainement davantage au vu de son volume de circulation moindre (mais qui devrait certainement encore être diminué ;). Nous regrettons cependant que nos propositions d’aménagement d’écluses pour les voitures en entrée et sortie n’ait pas été retenues !

Photo CEREMA.


Poster un commentaire

Amiens, une ville à 30 ?

La ville d’Amiens a annoncé le passage à 30 km/h dans l’ensemble des rues de l’intérieur du centre-ville. Cette annonce, motivée par le souhait de faire plus de place aux modes doux, est une bonne nouvelle que nous saluons.

30 km/h

Photo Sandra Hoj Flickr

Cette mesure est nécessaire mais non suffisante à elle-seule pour créer les conditions d’une mobilité durable donnant la priorité aux piétons et cyclistes. Elle doit être rapidement complétée par :

  • l’extension des zones à 30 km/h aux intérieurs des faubourgs et quartiers amiénois,
  • l’empêchement du trafic motorisé de transit dans ces zones apaisées,
  • la mise à double-sens cyclable généralisée (voir aussi le Nota Bene s’y rapportant en fin d’article!)
  • le déploiement de panneaux de «󠆏 Cédez-le-passage cycliste au feu », adopté dans le Code de la route depuis 2010.

Les axes principaux de circulation, accueillant la circulation motorisée de transit, à la vitesse et au trafic plus élevés, doivent être pourvus de pistes cyclables, afin d’assurer un réseau cyclable continu et sécurisé à l’échelle de l’agglomération.

Enfin, nous serons attentifs aux moyens déployés afin de respecter ces limitations de vitesses, de grands excès de vitesse étant régulièrement constatés aujourd’hui.

Nota Bene : le DSC plus en détails.

Le code de la route prévoit à l’article R. 412-28-1 que « lorsque la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 30 km/ h, les chaussées sont à double sens pour les cyclistes sauf décision contraire de l’autorité investie du pouvoir de police ». La mise en conformité de la signalisation est nécessaire avec a minima une pose obligatoire d’un panonceau M9v2.

Nous estimons qu’aucune décision d’exception au double-sens cyclable n’est ici nécessaire, et qu’en fonction des situations rencontrées la signalisation réglementaire devra être complété d’une signalisation horizontale, d’une suppression de place(s) de stationnement ou de l’aménagement d’un court séparateur aux intersections.