Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Communiqué de presse « BHNS ne rimera malheureusement pas avec VHNS »

Amiens, le 13 avril 2019

Communiqué de presse du 13 avril 2019

BHNS ne rimera malheureusement pas avec VHNS

Véloxygène salue la venue à Amiens d’Elisabeth Borne, ministre des transports qui s’est engagée en faveur du Plan Vélo, présenté par le premier ministre le 14 septembre dernier en présence de la Fédération des Usagers de la Bicyclette – la FUB.

À Amiens, les travaux réalisés dans le cadre du projet de BHNS ont entraîné un réaménagement conséquent de nombreux axes de circulation majeurs.

Véloxygène, qui a fait de nombreuses contributions et propositions en amont des travaux, regrette que cette refonte des axes structurants n’ait permis la création d’un réseau vélo à « haut niveau de service », à savoir continu et sécurisé sur ces itinéraires. Si la cyclabilité de certains axes a été effectivement améliorée (boulevards intérieurs sud, axe port d’amont-port d’aval notamment), le traitement des carrefours reste encore souvent très problématique, et pire, d’autres axes (Vogel-Branly et chaussée Jules Ferry) ont été réalisés sans aménagement cyclable, au mépris de la loi sur l’air.

A l’occasion de la visite de Madame la Ministre des Transport, nous appelons une nouvelle fois Amiens Métropole à écouter la parole des usagers cyclistes et de leurs représentants, et notamment à réaliser les améliorations des itinéraires proposées par Véloxygène.

Contact : Paul Moitier

Président de Véloxygène

veloxygene-amiens@fub.fr

,

Publicités


Poster un commentaire

Dans le Triangle de Weimar

par Xavier Brabander

Tourisme vert, tourisme industriel et cyclisme utilitaire, l’exemple allemand

Hans-Peter roule sur son vélo-cargo sur la NordBahnStrasse, une piste cyclable en plein centre de la Ruhr. Il se rend avec sa famille à Wuppertal dans une ancienne gare de triage du bassin minier, partiellement convertie en bar restaurant. Elle côtoie une chapelle multiconfessionnelle, des habitations, écoles et crèches, bars, restaurants : tous ces équipements sont desservis par cette voie verte.

Véloxygène dans le Triangle de Weimar

Du 24 au 26 septembre 2018, Véloxygène, à l’invitation de la région Hauts-de-France, a participé à un séminaire dans la Région Rhénanie-Westphalie de l’ouest de l’Allemagne dans le cadre de la coopération trilatérale entre la France, l’Allemagne et la Pologne appelé “Triangle de Weimar”. Ce séminaire portait sur les projets d’aménagements cyclables alliant tourisme vert, tourisme industriel et cyclisme utilitaire.

Une cinquantaine de participants, dont 13 Polonais de Silésie et 13 Français des Hauts de France (incluant des représentants des associations de promotion du vélo : ADAV, AU5V et Véloxygène), ont ainsi découvert une partie des aménagements cyclables du Land Rhénanie-Westphalie au cours de trois demi-journées de balades, et d’une demi-journée de conférences.

Le Land Rhénanie-Westphalie comprend déjà 240 km de voies cyclables en site propre, dont une bonne partie reprise sur des voies de chemin de fer désaffectées, ayant autrefois desservi des zones urbaines. De ce fait, ces voies vertes permettent les

sont aptes au tourisme cycliste mais aussi au déplacement utilitaire de ville à ville (cible visée entre autres : les étudiants et membres d’Universités),

Les budgets spécifiques existent. Gain de CO2 et bénéfices du tourisme sont évalués pour démontrer la rentabilité des investissements. Par exemple, le tourisme à vélo a déjà généré 160 000 nuitées le long de la voie verte de la Ruhr et 50 000 touristes font le trajet chaque année. Ils dépensent 80€ par jour en moyenne.

De nombreux projets d’aménagements sont en cours, par exemple la RS3 :

  • 36 km de long pour 26 millions d’euros,
  • un pont d’enjambement de carrefour pour 6 millions d’euros … etc …).

Les itinéraires sont évalués par l’ADFC (la « FUB » allemande) : les villes ont un label « itinéraire vert » et le perdent si elles n’assurent pas le suivi des prestations (entretien, aires de repos, hébergements et restauration disponibles etc.).

Des travaux de valorisation de sites industriels sont réalisés ou en cours (ex : mur d’escalade dans un haut fourneau, musées …),

Cerise sur le gâteau : le prix de l’immobilier commence à augmenter significativement à proximité des voies vertes !

Sur le concept du triangle de Weimar, le Land Rhénanie-Westphalie souhaite promouvoir et réaliser un grand croissant de tourisme cycliste, géographiquement positionné de la Silésie jusqu’au Pays de Galles, en passant par la Rhénanie-Westphalie et les Hauts de France. Il valoriserait des sites industriels désaffectés (miniers et sidérurgiques) sous la forme d’un tourisme industriel s’ajoutant aux tourismes verts et culinaires plus traditionnels.

La balle est maintenant à prendre au rebond pour accélérer le développement des voies en site propre dans les Hauts de France !

https://platform.twitter.com/widgets.js

https://platform.twitter.com/widgets.js


Poster un commentaire

Warm-shower, ça vous dit quelque chose ?

Nous sommes, mon mari et moi, des cyclistes depuis longtemps. Voilà plusieurs années que nous ne nous déplaçons plus qu’à Vélo à Amiens. À cela rien d’extraordinaire ! Mais nous sommes devenus cyclo-randonneurs depuis 3 ans. Cyclo-randonneurs « modestes » ! Pas de longues distances (60 km maxi par jour pour laisser le temps aux découvertes et aux rencontres !). Et nous partons sur une durée courte (8 à 10 jours, pour l’instant).

Mais nous partons avec la tente, les duvets, le camping gaz et les gamelles ! Bien chargés !

Pour l’instant, nous avons randonné sur « la Francette », dans la région de Strasbourg, sur la Meuse et plusieurs fois en Allemagne. Notre dernière virée a démarré au Nord de Berlin et nous a emmené jusque Rostock pour découvrir la région des lacs. Nous y avons rencontré des cyclo-randonneurs de tous âges mais aussi des jeunes couples avec des enfants et même des bébés (la “charrette” est alors nécessaire !)

Quel plaisir de partir, de découvrir des paysages, des villages, de vérifier si un camping est sur notre route et de décider de s’y arrêter ou de « pousser » plus loin ! Quelques mauvaises surprises parfois : camping fermé ou n’acceptant que les camping-car (si, si, ça existe !) mais le plus souvent une petite place pour notre mini tente !

Au retour, notre fils nous a parlé de warm-shower, un site qui permet d’accueillir des randonneurs ou de trouver un hébergement lors de randonnée, et nous nous sommes inscrits !

Nous avons accueilli notre premier hôte début septembre : Nestor le Brésilien ! Arrivé chez nous après une longue étape (depuis Aire sur la Lys), Nestor nous a raconté son périple (ouf, il parlait assez bien français) et son histoire. Parti de Dunkerque, Nestor suivait la méridienne et roulait à destination de Barcelone. C’est un habitué des grands voyages, qui fait des conférences à son retour au Brésil et qui a déjà écrit des livres sur ses voyages. À 21 h, Nestor nous a dit qu’il devait répondre aux mails de tous ceux qui suivaient son voyage via son blog et raconter sa journée. Il faut dire que Nestor voyage « équipé » avec tout son matériel informatique : ordinateur, go pro, téléphone, alarme… Il a pris le temps de visiter Amiens le lendemain et après un autre repas partagé, il a repris la route. Il a mis environ un mois pour traverser la France et la visiter. C’était une belle rencontre !

warm shower ca vous dit quelque chose ?

warm shower ca vous dit quelque chose ?

(si vous voulez voir ses voyages : http://www.giraventura.com)

Et maintenant, nous avons hâte d’accueillir quelqu’un d’autre (mais à Amiens il y a du monde qui accueille – et tant mieux !) et de repartir ! et pourquoi pas aller dormir chez des cyclo-randonneurs ? via le site  fr.warmshowers.org/


Poster un commentaire

Avenue de la commune de Paris : un (mauvais) aménagement cyclable, et après ?

Les travaux de l’avenue de la commune de Paris, axe structurant à l’échelle du quartier mais aussi d’importance métropolitaine (liaison nord-sud de l’ouest d’Amiens), sont sur le point de s’achever. C’est malheureusement un rendez-vous manqué pour le vélo, avec des aménagements prévus qui n’aideront pas à développer significativement la part de déplacements effectués à bicyclette.

Les vélos seront incités à circuler dans les couloirs de bus, malgré leur largeur qui ne permettra pas les dépassements. Les choix d’aménagement de la métropole privilégient en effet la création de 36 places de stationnement de par et d’autre de la chaussée. L’espace public ainsi dédié au stationnement est comme privatisé aux profits des seuls utilisateurs d’automobile, à rebours de toute ambition de mobilité durable.

Pourtant, pour un budget similaire, une attention forte aurait pu être donnée aux mobilités actives et collectives avec :

  • une largeur des trottoirs conservée voire augmentée ;
  • la création d’une large piste cyclable bidirectionnelle séparée ,
  • des couloirs de bus en sites propres ;
  • le maintien d’une circulation automobile en 2 fois 1 voie ;
  • la matérialisation d’une seule banquette de stationnement pour un total d’une vingtaine de places ;
  • une priorité donnée aux modes actifs puis aux transports en commun dans la proximité aux commerces à l’ouest de la chaussée.

Nous défendons ces choix, car la marche, le vélo, les transports en commun se doivent d’être priorisés pour mener une politique de mobilité qui concilie efficacité, bonne gestion des finances publiques, qualité de vie environnementale et respect de nos engagements climatiques.

Pour ce qui concerne les choix effectués en faveur du vélo, ils répondent aux demandes de pistes cyclables séparées du trafic motorisées exprimées par les cyclistes d’aujourd’hui et non cyclistes qui pourraient être aussi ceux de demain dans l’enquête récente menée par la FUB. Une généralisation de ces aménagements sur les axes structurants de notre agglomération est nécessaire à la croissance significative de la part modale du vélo, et pour le vélo comme pour d’autres modes c’est bien la réalisation de l’infrastructure de qualité qui précède son utilisation.

L’objectif affiché par le Président d’Amiens Métropole de 200 kilomètres d’aménagements cyclables en 2020 sonnera creux si la qualité et la continuité des itinéraires cyclables ne sont pas au rendez-vous. Il est encore temps d’écouter les usagers et leurs représentants !

Annexe :

Les spécificités de la chaussée :

– Largeur minimale de la section en question d’après les plans d’Amiens Métropole de 22,6 m

– Largeur maximale (au niveau des arrêts de bus) de 24,5 m

– Un axe structurant à l’échelle du quartier mais aussi d’importance métropolitaine (liaison nord-sud de l’ouest d’Amiens)

Les choix d’Amiens Métropole :
– Création de 36 places de stationnement automobile
– Création de couloirs de bus qui accueilleront également la circulation des vélos malgré une largeur qui ne permettra pas les dépassements
– Trottoirs de 2 m de large et aménagement paysager.