Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Retrouvez Véloxygène à Agora

Nous serons cette année dans le cloître de l’Espace Demailly

Nous y procéderons au marquage BICYCODE® de vélos. Ce système de marquage de vélos par gravure de numéros uniques et standardisés favorise la restitution des vélos à leurs propriétaires en cas de vol.

En savoir plus sur Bicycode

Vous pourrez échanger avec d’autres cyclistes sur notre “Plan vélo”, la prochaine véloparade et l’actualité des cyclistes et du vélo dans la métropole amiénoise.

Nous parlerons aussi au sujet du Baromètre des villes cyclables organisé par la Fédération des Usagers de la Bicyclette, la FUB.

Vous pouvez renseigner le baromètre dès aujourd’hui


Poster un commentaire

Nos propositions pour la rue Roger Onfray

Lors du dernier comité technique auquel nous avons assisté, les plans du réaménagement de l’axe Roger Onfray / Avenue du général Leclerc à Rivery nous ont été présentés. Signe d’une évolution positive à noter, le projet initial intègre des pistes cyclables sur toute la longueur de l’itinéraire. Mais aussi toujours une forte place dédiée au stationnement, empêchant l’émergence d’un projet véritablement qualitatif et à même de développer l’usage du vélo au quotidien.

Nous avons donc porté une proposition alternative que nous détaillons dans le plan de coupe reproduit ci-dessous. Il s’agit globalement d’avoir une bande de stationnement automobile longitudinale en moins pour assurer une plus grande largeur des trottoirs et pistes cyclables, et affirmer ainsi une priorité donnée à la mobilité sur le stationnement sur cet axe principal de l’agglomération.

Comme représenté, la bande de stationnement pourrait être rive nord à l’extrémité ouest de l’axe, puis passer rive sud à partir du n°1/16 du Général Leclerc (moins d’entrée de garage de ce côté). L’habitat à l’ouest de ce axe est relativement dense mais avec déjà pas mal de portes de garage (environ 50%) ; si nécessaire il doit être possible de « reconstituer » du stationnement, de manière réversible, au niveau du croisement avec la rue Denis Cordonnier.

Vers l’est, à partir du croisement avec l’impasse Montallier, la rue devient moins large et nous proposons de supprimer la bande de stationnement restante, afin de conserver des largeurs de voies auto, vélo et piéton constantes. Cette section sans stationnement auto de surface est justifiée par un changement dans la typologie de l’habitat qui y devient plus diffus (+ de 80% de portes de garage), la présence de nombreuses places dans les rues croisées et la possibilité de mutualiser du stationnement avec les commerces existants.


Poster un commentaire

Un CoTech, qu’est-ce que c’est ?

Un récent échange sur Twitter a fait apparaître la participation de Véloxygène aux Comités techniques vélo (CoTech dans notre jargon).

Mais ces CoTech, qu’est-ce que c’est et ça sert à quoi ?

Véloxygène est associé aux Comités techniques Vélo d’Amiens Métropole (environ 6 par an depuis 6 ans) et du département de la Somme (actuellement 2 par an depuis le début de l’année).

La Région quant-à-elle consulte le collectif Vel’Hauts-de-France, dont Véloxygène fait partie.

Ces collectivités nous interrogent sur la qualité des projets d’aménagement à titre d’association représentant les cyclistes (d’où l’importance d’avoir le plus grand nombre d’adhérents possibles !).

Pour Amiens Métropole, cela se passe ainsi : nous sommes invités à participer à une réunion avec les services techniques dans une salle de l’Hôtel de Ville. Sont invités la Région, le Département, les personnes concernées des services techniques, l’Aduga, les associations VéloService, Buscyclette et Véloxygène.

Mais depuis que la Délégation de Service Public de la location des “vélos verts” a été confiée à Kéolis, seuls sont présents Véloxygène et les services de la Métropole, du département et de l’Aduga.

L’ordre du jour nous est soumis dans les jours qui précèdent la réunion et nous analysons avec les services les plans très détaillés fournis.

Il faut le dire, les services sont composés de techniciens compétents et souvent convaincus par les solutions de transport apportées par le vélo. Les projets présentés eux sont de qualité variables, car ils intègrent parfois dès la conception le mot d’ordre politique actuel qui est de ne “pas contraindre fortement l’usage de la voiture particulière”…

Nous apportons l‘expérience des cyclistes au quotidien, en proposant à la fois l’aménagement selon nous idéal pour l’axe routier examiné tout comme des propositions d’améliorations “à la marge” sur la base du projet présenté. Nous sommes plus incisifs sur les projets de réaménagement global “de façade à façade” qui engagent la collectivité à plus long terme. Il arrive aussi que nous rejetions catégoriquement un projet, comme ce fut le cas pour l’aménagement de la chaussée Jules Ferry.

La limite du système est que les projets sont ensuite présentés aux élus et que nous ne connaissons jamais l’option définitive qui est prise avant de voir apparaître les bulldozers. De plus, comme la décision des élus n’est pas encore prise, on nous demande de ne pas communiquer sur le contenu de ces réunions.


Poster un commentaire

En route pour la Véloroute Vallée de Somme

En regardant les phoques de la Baie de Somme

Sur la route blanche en regardant les phoques de la Baie de Somme

C’est la fin du mois d’août, pas encore la rentrée, mais cela ne saurait tarder. Il fait encore beau et chaud. Et si vous veniez avec nous à la mer à vélo ? 
La balade durera trois jours, mais vous venez quand vous voulez. 

Pour la première journée, le vendredi 30 août, le rendez-vous est à la gare d’Albert.

Le départ sonnera à 9h30. 
Cette année, pas de grosse côte à grimper, nous emprunterons la Véloroute de la Mémoire (V32) qui descend en pente douce d’Albert à Corbie en flânant parmi les cimetières australiens, britanniques ou néo-zélandais. 
À l’écluse de Corbie, nous rejoindrons la Véloroute de la Somme (V30) et la suivrons jusqu’à Amiens. 
Un trajet de 45 km au total, idéal pour se mettre en jambe. 

Le samedi 31, la balade partira de la gare d’Amiens à 9h30.

En quelques minutes, nous rejoindrons la Somme et emprunterons le chemin de halage tout neuf qui traverse la capitale picarde. 
L’itinéraire suivra le fleuve en empruntant le chemin de halage, allant de maisons éclusières en sites touristiques, comme Samara, parc naturel et préhistorique situé dans le camp de César, ou Long et son château. Il permettra de découvrir le réseau points nœuds « Somme à vélo », pour lequel le département a été lauréat de l’appel à projets « Vélo et Territoires » de l’Ademe. 

Le parcours d’une longueur de 60 km maxi, est à retrouver ici https://www.openrunner.com/r/10177305
À la suite, certains rentreront chez eux en train, d’autres camperont ou prendront un logement chez l’habitant. 

Le troisième jour, nous partirons de la gare d’Abbeville

À 9h45 et nous entamerons la longue ligne droite du canal de la Somme qui mène à Saint Valery. 
Très vite, nous quitterons ce chemin de halage pour emprunter de petites routes au travers champs et forêts. Elles nous mèneront à Cayeux, sa plage de galets et ses planches, où nous rattraperons l’Eurovélo 4, dite aussi la «󠆏 Vélo maritime », sur la route blanche, qui nous mènera jusqu’au Hourdel et son phare. Très probablement, nous profiterons d’une halte pour regarder les phoques de la Baie de Somme. Au bout de 55 km, nous arriverons à Saint-Valéry où chacun pourra rejoindre la gare de son choix par les nombreuses pistes cyclables qui jalonnent la Baie de Somme : Rue, Noyelles-sur-Mer ou Abbeville

Retrouvez le détail du trajet du troisième jour ici : https://www.openrunner.com/r/8642474

Inscription gratuite mais obligatoire

   Formulaire d’inscription  en ligne :  http://bit.ly/veloroute2019

Souvenirs

C’est la troisième édition de la balade de la Véloroute de la Somme. Retrouvez ici quelques photos de l’édition 2018


Poster un commentaire

Le cahier de doléances des cyclistes

imageFace aux trop nombreux désagréments rencontrés par les cyclistes lors de leurs trajets dans Amiens métropole et face à un manque criant d’écoute de la part de la municipalité, Véloxygène a décidé d’ouvrir un cahier de doléances.

Nous déplorons grandement l’oubli des cyclistes lors des travaux du BHNS, alors qu’il s’agissait là d’une occasion en or pour transformer la ville et l’adapter au vélo !

Vos remarques viendront s’ajouter à toutes celles que nous formulons au long de l’année et constitueront une base solide de travail dans l’optique de la rédaction du Plan Vélo que l’association est en train de préparer et qu’elle soumettra aux futures listes candidates aux élections municipales de 2020.

Citoyens et cyclistes, exprimez-vous :