Véloxygène

le vélo au quotidien


Poster un commentaire

Froid picard et vélo : pas d’incompatibilité

À vélo, tu arrives détendu au boulot et tu admires les paysages : la Somme, la cathédrale, les hortillonnages, les jardins familiaux… Tu pars quand tu veux et tu vas où tu veux. Loin des embouteillages, tu ne cherches pas la place de stationnement auto, introuvable. Alors, ce serait dommage de laisser ta monture à la cave lorsque les températures baissent. En hiver, il fait froid, à fortiori en Picardie. Mais le dicton est bien connu : il n’y a pas de mauvais temps, que des mauvais équipements. On s’habille !

Il fait certes plus froid en Picardie que sur la Côte d’Azur, mais bien moins que dans les pays scandinaves. En Finlande (à Oulu par exemple), en Suède et au Danemark, où les températures peuvent atteindre des niveaux largement en dessous de 0°, la pratique du vélo quotidien par les petits et les grands est conséquente. Sans aller en Europe du Nord, des villes de l’hexagone comme Grenoble, Chambéry ou Strasbourg connaissent aussi un climat hivernal rigoureux et la petite reine y occupe une grande place dans les mobilités.

Mais alors comment t’équiper pour continuer à sortir ton biclou en hiver ? Comme le souligne Olivier Razemon, cela nécessite un peu de préparation mais rien d’insurmontable.

À vélo dans la neige : comment les enfants finlandais défient l’hiver arctique », par Leparisien.fr, publié le 7 février 2021

Nos amis de l’association MDB (Mieux se déplacer à bicyclette) parlent de l’oignon pour faire comprendre une des règles d’or en cas de froid : porter plusieurs couches de vêtements fins et isolants. Comme en randonnée, Weelz suggère 3 couches.

Pas nécessaire de mettre une doudoune volumineuse, qui peut s’avérer inconfortable en situation de mobilité. En plus, en pédalant, on finit aussi par se réchauffer et donc par avoir envie de retirer une des couches.

Un bonnet ou une cagoule, un tour de coup (plus pratique qu’une écharpe volatile) sont indispensables. Évite la capuche qui risque de limiter ta vision latérale.

Deux paires de chaussettes ou des chaussettes isolantes et des chaussures montantes ne seront pas de trop pour lutter contre le froid au bout des orteils.

Pas indispensable de mettre des moufles comme au ski. Tu dois pouvoir freiner et changer les vitesses. Par contre, des gants chauds sont de rigueur. Des sous gants fins supplémentaires peuvent aussi être utiles.

Porter des lunettes réduira l’éventualité que tu aies les yeux qui pleurent à cause du froid.

La neige n’empêche pas non plus de se déplacer à vélo si la zone est damée. Des pneus non lisses sont impératifs. On ne roule pas à 25 km/h sur du verglas, si tu dois freiner, tu risques de déraper. Redoubles donc de prudence lorsque tu en vois.

Les batteries n’aiment pas les températures très froides, pense aux déboires qu’ont pu connaître les bus Irizar d’Amétis 🙂. Ne la laisse donc pas traîner en extérieur entre les trajets. En plus, tu réduis l’intérêt de ton vélo pour un éventuel voleur.

En hiver, il fait froid, mais il fait encore nuit le matin et plus tôt le soir. N’oublie pas d’avoir un bon éclairage et des vêtements rétro-réfléchissants.

Pour rappel, en plus de nous soutenir pour obtenir plus d’aménagements cyclables, l’adhésion à Veloxygène te permet de bénéficier d’une réduction chez des vélocistes d’Amiens. On attend de voir tes superbes photos à vélo en hiver sur les réseaux !

Bonnes lectures et idées-cadeau